Saga de l’été – Épisode 6

STOPCOVID

Cette application qui devait permettre de limiter les contaminations par un suivi des «contacts» est morte-née et une probable deuxième vague du virus ne suffira sans doute pas à la tirer du purgatoire.

A-t-elle vraiment eu sa chance ? Elle n’était encore qu’une intention qu’elle était déjà la cible de la presse, des « penseurs », et de nombreux politiques. Ses détracteurs n’ont pas passé plus de 2 minutes à essayer de comprendre un fonctionnement (sans doute trop) subtil mais respectueux de la vie privée, qu’ils hurlaient déjà à la surveillance d’état.

Le sujet n’est certes pas à prendre à la légère : les périodes de crise sont propices aux entorses temporaires de nos libertés individuelles, qu’on oublie négligemment de décommissionner.

Mais alors, comment se fait-il que nous confions notre vie intime à des acteurs privés, souvent américains ou chinois, qui eux, en savent déjà beaucoup sur nous ? Souvenons-nous qu’à partir de 300 likes, Facebook nous cerne mieux que notre conjoint.e.

Et quand il s’agit de vie ou de mort, nous brandissons nos principes, souvent sur ces mêmes réseaux sociaux, pour dénoncer un scandale d’État, avec quelques likes à la clé.

Cela en dit long sur la relation de défiance qui s’est installée entre la population et son appareil d’État. Il l’a bien cherché. Et nous aussi. L’horizontalité du digital a massivement renforcé cette distance.

Mais cette crise montre aussi qu’il faut reconstruire cette relation, car face aux défis sanitaires et économiques à venir, les États devront prendre toute leur place. Facebook, Twitter, et autres TikTok, eux qui connaissent tous nos secrets, nous distrairont peut-être, mais non, ils ne nous sauveront pas de la Covid-19.

PARADIGMES ÉCONOMIQUES À L’ÈRE DIGITALE

Les Gafas…. Ces monstres, enfantés par la Silicon Valley, sont en train de devenir plus riches – en capitalisation boursière, en profit mais aussi en données personnelles – que les Etats Nations tels que nous les connaissons. Ultra capitalistes, ils font fi des lois, ne paient pas leurs impôts, et n’investissement pas en retour dans la vie collective. Gilles Babinet nous donne quelques pistes de réflexion pour que les États, aujourd’hui menacés par ces nouveaux acteurs, puissent reprendre leurs droits. 


L’INSOLITE
(Pour s’évader)

 Bande Dessinée – Simon du Fleuve

Après un conflit mondial atomique, les survivants se sont regroupés en tribus nomades et paysannes. Nous suivons Simon du Fleuve dans une série d’aventures humanistes où il se bat pour la liberté. Claude Auclair propose une illustration d’une société effondrée dans laquelle les cités renfermées sur elles-mêmes ont su garder un niveau technologique alors que la violence et l’autorité règnent. Mais attention, un rythme lent, un texte parfois trop long, un scénario un peu manichéen peuvent en rebuter plus d’un. Le futur sera dans la nature !  


DIGEST USI
(Pour se questionner)

Les trois infos de la semaine :

– La crise sanitaire est loin d’être terminée, et la crise économique qui en résulte ne fait que commencer. Découvrez le point de vue de Bernard Stiegler

– Apple vaut désormais plus cher que tous les groupes du CAC 4O réunis

– C’est fait, la calotte glaciaire du Groenland a depassé le point de non-retour. Que cela signifie pour les générations futures ? 


Qu’est-ce qui a été mis à rude épreuve pendant le confinement ? 

Sur Twitter, 55% estiment que tout allait bien au niveau du télé-travail. Tandis que sur Linkedin, le même pourcentage de répondants trouvent qu’au contraire la relation avec les collègues s’est dégradée. Et vous, vous en pensez quoi ? Dites-le nous en moins de 2 minutes !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.