“Everybody wants change. But who wants to change ?… No one !” Ces paroles bien inspirées d’Aaron Dignan sur la scène d’USI 2017 interprètent parfaitement notre rapport schizophrène à la transformation numérique.

Perte de repères, quête de sens, nouveau rapport au temps… Cette dernière nous plonge irrémédiablement dans une révolution personnelle, professionnelle et organisationnelle. A la tête de nombreuses PME pendant 10 ans, puis coach de dirigeants et speaker à l’USI 2018, Betsy Parayil-Pezard connaît bien cette sensation : “On m’avait mis dans des situations de pression incroyable, dans des conditions de marché très volatil et même saturé… Dans ces grands défis, il y a toujours beaucoup d’émotions.”

betsy-parayil-pezardC’est par la méditation qu’elle échappe au burn-out. Et plus particulièrement la pleine conscience : une pratique qu’elle a su s’approprier et théoriser pour donner naissance à la “Punk Mindfulness”. Une approche qui porte bien son nom ! En marge des pratiques plus sages de méditation, la punk mindfulness ouvre un espace de liberté et nous invite à rompre avec les codes imposés (ou que l’on s’impose).

“Je n’ai pas tout de suite su quelle forme mon approche allait prendre, mais faire confiance à mon intuition faisait parti de mon chemin. La méditation m’a permis d’être à l’aise avec l’inconnu et ne pas avoir peur.”

Parce que si on y réfléchit bien, rien n’est plus naturel que le changement, le paradoxe et l’impermanence !

 

 

 

Nous sommes mal à l’aise avec l’incohérence !

Si l’on analyse la façon dont on gère nos vies, nous sommes toujours à la recherche de cohérence : une carrière, un plan de vie, la continuité de notre éducation, le respect des standards de la société…

“C’est particulièrement vrai dans le monde du travail, confirme Betsy Parayil-Pezard. Si l’on a fait un tour du monde, ou que l’on a changé de voie, on y voit quelque chose de suspect. On nous pousse à créer un beau storytelling de nous-même et gommer les parties d’ombres ou pas terminées que nous avons pourtant tous en nous. Pour moi, c’est une déshumanisation de notre environnement, et cela fausse toutes nos relations : que ce soit à nos vies et aux autres”.

C’est aussi et surtout un contresens profond avec ce que nous sommes, des êtres humains en perpétuelle évolution. Notre rapport au corps est un bon exemple de cette peur. A travers des artifices plus ou moins poussés, nous cherchons à le figer dans le temps, à le maintenir sous notre joug, à l’empêcher de changer. “Mais un corps figé est un corps mort” souligne avec malice Betsy Parayil-Pezard.

Pour elle, tout se joue dans notre capacité à accepter le changement comme un élément naturel de notre vie, et surtout à apprendre à s’y sentir à l’aise.

“La vie est plus une aventure qu’un problème à résoudre !” avec son lot d’inattendus et de paradoxes.

Une partie de notre insatisfaction et de notre malaise au quotidien vient du fait qu’il faut avoir tout compris ou tout résolu pour pouvoir se poser. Mais ça ne se passe jamais comme ça en réalité ! Il y a une forme d’impermanence à accepter. Le chemin de la mindfulness nous permet d’être à l’aise avec ça.”

Soyez punk, désobéissez !

“Beaucoup de professionnel brillants dévouent des vies entières à des causes qui ne leur sont pas essentielles” nous rappelle Betsy dans son ouvrage Méditer c’est se rebeller.

mediter-rebellerPar la pratique de la pleine conscience, elle les invite à questionner le sens de leurs actions et de leurs décisions pour mieux appréhender un avenir incertain. En gros, solidifier les fondations, renouer avec leurs valeurs profondes et leur apprendre à naviguer même dans des eaux incertaines.

Car tout commence toujours par soi.

« La Punk Mindfulness est un regard différent que l’on va avoir sur les choses. Quelque part, la pleine conscience est juste un entrainement pour pouvoir être plus présent dans sa vie. J’ai souvent vu des gens qui faisaient du yoga, de la marche ou autres choses assez méditatives, mais qui ne faisaient aucun lien avec leur quotidien. Une de mes missions est justement de faire ce lien et de dire aux leaders qu’ils ont déjà toutes les clés en mains. Leurs propres clés.”

Exercices de méditation, d’attention mais aussi observation de soi, écriture, posture plus attentive à notre environnement : la Punk Mindfulness n’est pas là pour faire le vide, au contraire. Elle nous pousse à explorer nos paradoxes, comprendre d’où viennent nos émotions (et où elles nous mènent), bref, elle est là pour nous remuer et libérer nos forces vives !

Car rien n’est pire – et davantage source de stress – que s’appesantir dans une zone de confort qui ne nous correspond plus.

En ce sens, méditer c’est faire preuve de “désobéissance civile” comme l’écrit Betsy Parayil-Pezard dans son ouvrage. “L’obéissance est une méconnaissance de soi. On part du principe que les autres savent mieux. On va spontanément faire confiance aux voix extérieures et peu muscler notre capacité à s’écouter. C’est très intéressant pour quelqu’un qui est déjà leader et qui a appris à naviguer dans les systèmes, d’apprendre à écouter ce qu’il se passe en lui. Il y a une série de niveaux, comme dans un jeu vidéo, qui ne sont pas explorés !”

“La désobéissance c’est apprendre à obéir à soi-même !”

En devenant davantage sensible à l’instant présent et à nos valeurs profondes, c’est toutes nos réactions et nos actions que nous avons la possibilité de réinventer. Un nouveau monde qui s’ouvre !

Changer soi-même pour réinventer notre histoire collective

« Tous les grands leaders de l’histoire – Martin Luther King, Gandhi… ont toujours été plus à l’écoute d’eux-mêmes. C’est par là qu’ils ont réussi à entendre autre chose que ce qui était en place : une sorte de musique dans leur esprit qui leur dit que les choses ne peuvent plus être comme ça, et qu’elles changeront inexorablement un jour ».

On ne se rend pas compte du lien entre le regard que nous avons sur nous-même et la société que nous créons collectivement.

« C’est ce que nous incarnons qui compte, plus que ce que nous faisons ou disons. C’est ça qui s’imprime dans la mémoire des autres ! nous rappelle la coach. C’est très inspirant d’être en contact avec quelqu’un qui se connaît et qui n’a pas peur !”

Alors prêt à devenir un leader inspirant ? Virez Punk !

Biographie Betsy Parayil-Pezard

Coach de dirigeants et enseignante de méditation de pleine conscience, Betsy a occupé des postes de direction pendant 10 ans avant de se former au coaching, au leadership et à la mindfulness, composant une approche unique influencée par les cultures de l’Inde, des Etats-Unis et de la France. Pour partager ses pratiques de transformation, elle a fondé Connection Leadership, organisme de formation et de coaching professionnel, individuel et collectif. Connection Leadership développe des expériences de coaching et des formations en méditation pour les dirigeants et leurs équipes.

Betsy est également la co-présidente de Mindfulness Solidaire, organisation qui délivre les programmes de méditation dans les prisons et les centres d’hébergement d’urgence en France. Elle est la voix anglaise de Petit Bambou, une application de méditation avec 1,5 millions d’utilisateurs. Elle œuvre pour une révolution sociétale qui commence par le leader et sa conscience. Son livre « Méditer C’est Se Rebeller » a récemment été publié aux Editions Marabout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *