par Clément Blanchon, d’OCTO Academy organisme de formation

 

Innover. Le mot est sur toutes les lèvres.
Mais l’ambition ne pourra jamais porter ses fruits sans une profonde réévaluation de notre système d’éducation face à une révolution technologique qui le transforme.
Plus encore, l’obsolescence des compétences et la mutation des métiers nous forcent à multiplier nos connaissances, à les confronter… Pour rebattre les cartes de notre avenir professionnel
À l’école, au travail… Les clés pour révolutionner notre manière d’apprendre sont déjà entre nos mains.

Innovation et employabilité

Detecteur acoustique d'avion, un apprentissage qui se perd !

Parmi les multiples choix existentiels de notre jeunesse, celui de l’orientation scolaire et professionnelle demeure l’un des plus importants. Pourtant, ce n’est que le début de l’aventure et l’idée d’une employabilité durable se perd avec l’apparition de nouveaux métiers improbables comme évidemment Youtubeur, voix de GPS ou encore personal dating assistant pour profiter pleinement et sereinement du potentiel des sites de rencontres ; et malheureusement la disparition de savoir-faire ancestraux qui ont marqué à jamais leur époque tels que placeur de quilles, télégraphiste et mon préféré : détecteur acoustique d’avion.

L’obsolescence des compétences et l’évolution des métiers sont inéluctables… et la file d’attente de Pôle Emploi beaucoup trop longue pour ne pas utiliser les moyens à notre disposition pour rester au top ! Le développement des compétences est une nécessité pour progresser dans la pratique de son métier, se tenir informé des dernières tendances de son secteur d’activité et maintenir son employabilité. Les nouvelles modalités d’apprentissage sont nombreuses et permettent un accès immédiat, illimité, aux savoirs toujours plus nombreux pour répondre aux besoins de chacun. Citons :

  • Le MOOC (Massive Open Online Course en anglais) ; formation à distance ouverte à tous et capable d’accueillir un grand nombre de participants. Les MOOCs sont développés par les écoles ou les universités de l’enseignement supérieur qui dispensent des cours en ligne pouvant donner lieu à une certification.
  • Les réseaux sociaux professionnels qui permettent de faire de la veille, de gagner en visibilité et qui ouvrent de nouvelles opportunités de carrière.
  • Les évènements comme les meetups, les cafés philos, l’USI (qu’on ne présente plus !)… dans lesquels se rencontrent des personnes autour de projets ou centres d’intérêts communs.
  • Le mobile learning, le mentoring, le coaching, co-développement, les webinars et les tutos pour gérer sa carrière.

La réforme de la formation professionnelle de 2014 s’engage pleinement dans ce sens avec la création du CPF ; le Compte Personnel Formation permettant aux salariés, demandeurs d’emploi et jeunes diplômés de suivre une formation qualifiante tout au long de leur vie active.

C’est l’opportunité de développer de nouvelles compétences et de sécuriser son parcours professionnel, pour faire de sa carrière un choix. Comme on l’entend dire en ce moment, il s’agit d’apprendre à apprendre. C’est ce que nous explique Susan Weinschenk, Behaviour Scientist et speaker USI 2017 :

« What I find the most fascinating about the human brain is its neuroplasticity: the brain is capable of change. The brain you’re born with adapts itself constantly: we are just starting to understand how this works ».

Notre cerveau a cette capacité d’apprentissage à tout âge de notre vie : c’est la plasticité cérébrale. L’ère numérique ouvre cet univers des possibles.

Citation d'Emmanuelle Duez à la conférence USI

Innovation et apprentissage

L’école est un passage obligé. Chacun garde un souvenir différent de cette époque selon l’établissement fréquenté, le charisme de ses enseignants, les copains et la cloche qui sonne la fin de la récré, les heures de colle pour des raisons idiotes, les révisions et le fameux stress des examens… Et nous y voilà ! La condition pour passer d’une classe à l’autre ou obtenir un diplôme : ne pas faire d’erreur. L’erreur à l’école est un processus de sélection plutôt qu’un processus d’apprentissage. Une démarche qui s’oppose radicalement à la manière la plus naturelle d’apprendre.

Cette contrainte de l’enseignement dans nos écoles est préjudiciable pour d’innombrables raisons – que chacun appréciera – mais surtout pour ces conséquences dans l’entreprise où l‘innovation représente un défi permanent.

Cette course à l’innovation nous pousse à expérimenter de nouvelles solutions et tirer les conclusions en fonction des résultats obtenus. L’objectif est de raccourcir le temps d’innovation pour se donner le droit à l’erreur. Notre rapport à l’erreur change de paradigme dans ce contexte. Ce qui compte, c’est de tirer parti sans complexe de son erreur pour s’améliorer (Fail Fast). On retrouve cette brillante philosophie dans les méthodes agiles pour gérer les projets informatiques ou dans le lean startup pour le développement de nouveaux produits. C’est pourquoi la culture du feedback est aussi indispensable pour progresser dans la bienveillance et ce n’est pas un hasard si nous proposons cette formation chez OCTO Academy !

Cedric Villani à la conférence USI nous explique comment faire naitre une idée

La révolution qui arrive dans l’enseignement sur cette question est l’adaptive learning. Cette technologie repose sur une pluralité de discipline tel que le big data, l’intelligence artificielle, les neurosciences et la psychologie cognitive. Elle offre un parcours personnalisé pour que chacun progresse à son rythme en fonction de ses capacités. Les avantages de cette méthode d’apprentissage sont une baisse insolente du taux d’abandon : 47 % selon une étude de l’Arizona State University et un gain au niveau du temps d’apprentissage selon une autre étude conduite par six universités publiques. Qu’il semble déjà lointain le temps des cours où l’enseignant ne pensait qu’à terminer absolument son programme au détriment des élèves en difficultés.

Les mentalités sont amenées à évoluer dans les écoles et au sein même de l’entreprise. Nous avons l’obligation d’aller beaucoup plus loin… Nous sommes tenus de faire éloge de nos erreurs. Comme l’explique Stanislas Dehaene, neuroscientifique et professeur au Collège de France, l’apprentissage se déclenche lorsqu’un signal d’erreur montre que la prédiction générée par notre cerveau n’est pas parfaite. Ami(e) lecteur(rice), prend un instant pour te remémorer une erreur de parcours, ce vers quoi elle t’a finalement conduit et célèbre cette imperfection !


Lire aussi : Pour ne plus avoir peur de ses erreurs –  Kathryn Schultz


Innovation et réussite collective

Le libre accès à l’information provoque lui aussi un changement de comportement face au savoir. La posture de l’enseignant qui délivre un cours du haut de son estrade est révolue. Le pouvoir n’est plus uniquement entre les mains de celui qui détient l’information. La question que l’on peut légitimement se poser est comment traiter cette information ? Il semble qu’elle n’ait de valeur que si on la partage. Le rôle de l’enseignant devient alors : « From sage on the stage to guide on the side » comme on dirait outre-Manche.

Le partage de l’information transforme notre manière d’échanger avec l’autre. Le succès de cette nouvelle manière d’échanger repose sur la qualité de la relation. Les compétences qui prétendent atteindre cette ambition ne sont pas innées. Comme Nietzsche le déplorait à son époque : « Le plus sûr moyen de corrompre une jeunesse est de lui demander de tenir en haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment. » La qualité de la relation est donc une condition indispensable à un échange d’information. Pourquoi se donner cette peine ? Parce que la confrontation des idées, des points de vues favorisent l’apprentissage et l’émergence de nouvelles idées.

Le résultat de ces échanges nous montre à quel point la réussite collective est créatrice. Parfois, on pourrait avoir tendance à l’oublier puisqu’elle est sous nos yeux en permanence. Les exemples qui me viennent parlent d’eux-mêmes :

  • Wikipédia l’encyclopédie libre contenant plus de 32 millions d’articles en 280 langues. C’est juste le 5e site Internet le plus consulté en France.
  • KissKissBankBank est leader Européen du crowdfunding dédié à la création et l’innovation internationale.
  • Sur Agorize, les plus grandes entreprises challengent les innovateurs et créent avec eux le monde de demain. On peut citer des exemples de challenges sur la problématique du big data et des objets connectés pour améliorer l’assurance des jeunes, ou sur les questions de la ville de vos rêves à l’ère du digital.
  • Les commentaires Youtube qui sont la preuve d’un esprit indomptable !

Les compétences nécessaires à la qualité de nos échanges sont prioritaires pour notre réussite collective. On peut rappeler des initiatives connues comme dans les écoles Montessori qui regroupent les enfants par tranche d’âge ce qui favorise leur éveil social ou dans les entreprises avec le Reverse Mentoring qui facilite les relations intergénérationnelles. Ces compétences sont à développer par une pratique studieuse et détendue dès le plus jeune âge et durant toute de sa vie.

L’autre est un long chemin et pourtant c’est le seul qui ramène à soi.


Lire aussi :


 

Photo de Jamie Anderson avec citation à la conférence USI 2015

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *