Photo de Jamie Anderson avec citation à la conférence USI 2015

Synthèse du talk de Jamie Anderson « Creative thinking » à la conférence USI 2015

Pour Jamie Anderson, « management guru » (Financial Times) australien, notre pensée créative se construit et se déconstruit tout au long de notre vie. À travers plusieurs ateliers interactifs et un show inspirant, il nous rappelle combien il est important de la réanimer avant qu’il ne soit trop tard, qu’importe notre âge.

Revenir à la pensée expressive

Jamie Anderson étudie depuis des années la relation entre innovation et individus, et explore aujourd’hui notre rapport à la création : que faut-il pour qu’un être humain puisse entrer dans une démarche d’innovation ? Il ne s’agit pas ici de savoir ce qu’il est possible de créer pour l’avenir, mais de savoir comment y arriver. « Je pense que l’époque numérique n’est pas seulement liée à la technologie, mais aussi à notre façon de penser. »

Les études le montrent de manière significative: « nous avons perdu le contact avec l’être créatif qui est en nous ». À partir de 12 ans, seuls 40 % des enfants pensent de manière créative. À plus de 30 ans, cette même capacité de pensée créative baisse à 2 à 3 %. Autrement dit, nous avons un problème. Nous devons réapprendre à penser à notre façon de réfléchir. C’est ce qu’on appelle la métacognition: la cognition sur la cognition, la pensée sur ses propres pensées. Ainsi, nous pourrons oublier la pensée linéaire adoptée au fil des années, et revenir à celle que nous avions naturellement plus jeunes: la pensée expressive et inventive. Nous arrêterons alors de supposer qu’il n’y a qu’une solution à un problème posé. Nous réfléchirons mieux, autrement, et ensemble.

cartoon_jamie_anderson_usi_2015
– A lire : Pour faire naître une idée, synthèse de la conférence de Cédric Villani

Les trois clés de la pensée créative

Pour arriver jusque là, Jamie Anderson nous demande de ralentir. C’est scientifique, « lorsque vous êtes sous pression, votre cerveau commence à penser de façon linéaire ». Il faut donc s’occuper de soi pour prendre soin de notre inspiration, et toujours laisser de l’espace à la remise en question. Mettre, par exemple, de côté son ego … et devenir un patron réceptif et à l’écoute, même de ses stagiaires, susceptibles eux aussi d’avoir de bonnes idées ! Et pour commencer, il nous invite à nous interroger sur 3 grandes données qui construisent, ou non, notre pensée créative :

  • L’éducation

D’après lui, « le système d’éducation occidental tue la créativité. » Il a été conçu pour une économie industrielle où nous résolvions des problèmes compliqués ou simples, et n’est plus adapté à l’ère numérique. Nous devons le remettre en question et peut-être retourner à l’école tout au long de notre vie.

  • L’expérience

Dans le monde complexe dans lequel nous vivons, il est important d’avoir le courage de remettre en question notre propre expérience.

  • L’environnement

Les personnes créatives sont celles qui sortent des sentiers battus. Elles pensent d’abord à la façon de réfléchir avant de penser, et sont aux antipodes du mode de pensée actuel de certains patrons. Ce n’est pas pour rien que les plus grands créatifs sont devenus entrepreneurs

photo de Jamie Anderson avec citation à l'USI 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *