Avoir tort n’est pas une tare !

 

Photo de Kathryn Schulz à la conférence USI

Combien de fois avons-nous entendu que l’erreur était humaine ?

Mais cette phrase, trop souvent utilisée pour se dédouaner, est rarement étudiée avec tout le soin – pour ne pas dire la sagesse – qu’elle mérite…

Lors de sa conférence USI en 2013, Kathryn Schulz nous invitait à repenser l’erreur comme une force, voire une caractéristique inhérente à tout homme et toute femme – aussi riche d’expériences que révélatrice de la nature humaine.

“Mistakes bring us to amazing places. Places we were never meant to go.”

Une vidéo libératrice et indispensable pour aller de l’avant.

Se libérer de l’obsession d’avoir raison

Pourquoi aimons-nous tant avoir raison ?

Parce qu’avoir tort touche irrémédiablement à notre ego, dans une société où l’erreur est encore trop souvent associée à l’échec.

Si faire une erreur est en soi indolore, le fait d’en prendre conscience nous plonge dans une marasme émotionnel parfois très fort : colère, crainte, honte, tristesse… Comme si toute notre personne devenait d’un coup médiocre.

kathryn-schulz-usi-cartoon

Pourtant, un simple jeu d’illusion d’optique nous prouve que la réalité ne résume pas au vrai ou au faux, à la bonne ou la mauvaise réponse.

“We need to change our attitude toward mistakes…”, implore Kathryn Schulz.

Croire que l’on peut tout réussir (vie professionnel, élever ses enfants, développer un nouveau projet…) sans se tromper :  voilà la véritable erreur.

Erreur ou créativité ?

Faire une erreur n’est plus alors uniquement une question d’avoir raison ou tort. L’erreur tient au fait que l’on perçoit les choses différemment des autres : la définition même de la créativité. Pour Kathryn Schulz, votre capacité à vous tromper est inséparable de votre imagination, de votre intellect… et peut-être même de votre humilité !

“We live in an unbelievably noisy, complicated, confusing information environnement.”

Un monde constamment bousculé par l’innovation, les découvertes, mais aussi le doute, l’appréhension…

Et pourtant, l’une de nos phrases préférées (un réflexe presque !) n’est-elle pas “Je sais” ?

Accepter l’erreur, ce n’est pas seulement faire preuve de tolérance envers soi-même ou les autres. C’est aussi savoir rester humble face au mystère et à l’inconnu.

Dessin humoristique sur la conférence de Kathryn Schulz à l'USI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *