Saga de l’hiver – Épisode 3

L’ENJEU DU CLOUD

Le Cloud ressort comme le grand gagnant technologique de la COVID-19.
Les entreprises ont pris conscience que la capacité d’accéder à tous les services de l’organisation à partir de tous les ordinateurs du monde était un atout redoutable en période de crise.
Cette démonstration a été suffisamment éclatante pour vaincre les dernières réticences, particulièrement tenaces sur le marché hexagonal.

Certes, cette transition encore émergente, n’est pas sans poser quelques questions fondamentales.
Que veut dire réellement être dans le Cloud ? Quelle sécurité d’accès pour des systèmes potentiellement accessibles de tout lieu ? Quelles localisations physiques et quelle maîtrise de mes données ? Quelle partie de mon SI externaliser ou conserver en interne ? Comment mixer des Clouds différents ? Comment contrôler ma dépendance par rapport à des géants de l’infrastructure qui peuvent tirer la prise et bloquer mon service du jour au lendemain ? 
Sans compter que le Cloud change profondément la façon de produire du logiciel : il ouvre les portes de l’agilité (plus besoin d’attendre 6 mois que les machines commandées arrivent), celle de l’automatisationcomplète du déploiement (la puissance machine devient accessible par API), et transforme les métiers d’exploitation qui adoptent désormais les mêmes méthodes que les développeurs.

Cloud ou pas Cloud ? Là n’est plus la question. Comment exploiter tout le potentiel transformationnel du Cloud ? Là est le véritable enjeu, et c’est plus compliqué que de dessiner un nuage sur un schéma d’architecture.


L’AUBE DE L’INTERNET AMBIANT

Porteur d’une vision très large de la coévolution des écosystèmes naturels et des écosystèmes digitaux, Nicolas Demassieux explore les ruptures actuelles. Connectivité ambiante, internet des objets massifs, IA et robotiqueréalité virtuelle, toutes ces ruptures modifient en profondeur les relations entre notre monde physique et le monde digital. Nous assistons donc à l’aube d’un internet ambiant, véritable système nerveux de la planète Terre, qui va questionner nos usages, notre économie et notre éthique…


L’INSOLITE
(Pour s’évader)

Le film interactif, voici une lubie du cinéma ! En 1981, sortait Polyester de John Waters qui se voulait interactif avec des cartes d’odeur à gratter. Les abonnés Canal de l’époque en ont gardé un souvenir aromatique. En 2015, France TV proposait WEI or DIE un film avec plusieurs pistes permettant de passer d’une caméra à l’autre : le choix du point de vue. Plus récemment Netflix a proposé un épisode de Black Mirror Bandersnatch où le spectateur est invité à choisir pour le héros. Le film est une succession de dilemmes résolus à coup de zapette. À bien y regarder, et si la nouvelle donne du cinéma interactif ressemblait beaucoup aux jeux vidéos ?

DIGEST USI
(Pour se questionner)

Les trois infos de la semaine :


Quelles influences vont jouer les technologies sur les évolutions en cours ? Quelles technologies vont avoir le plus d’impact ? Êtes-vous suffisamment armés pour profiter des nouvelles technologies ? Dites nous ce que vous en pensez en moins de 2 minutes ! 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.