cedric-villani-usi-2015

« Résoudre des problèmes : c’est le métier des designers mais aussi des mathématiciens. Et parfois on se crée soi-même les problèmes que l’on se pose. »

Cédric Villani
Mathématicien INSTITUT HENRI-POINCARE
#USI2015

Pour innover, il faut avoir des idées. Et pour avoir des idées, il ne faut pas trop les chercher. C’est en tout cas le conseil de Cédric Villani quand il nous parle de son expérience en tant que mathématicien (Médaille Fields en 2010). Pour lui, la naissance des idées est avant tout une histoire de chance et de contexte. Et avec une idée, on peut changer le monde.

Le métier de mathématicien est titré dans au moins deux classements différents (Wall Street Journal, 2009) comme étant le meilleur métier du monde, suivi de près par de nombreux métiers scientifiques. Le mathématicien, c’est « celui qui applique des formules pour résoudre des problèmes », mais c’est aussi un créatif qui se cherche. Nous vivons en effet dans un monde extrêmement mathématique, où les formules prennent vie en se mariant avec d’autres outils et permettent innovations et avancées technologiques : cela peut être la mesure du temps, la géolocalisation, la santé… Le phénomène n’a fait que s’amplifier depuis la révolution informatique. C’est donc dans le dosage entre anciens et nouveaux outils que réside aujourd’hui toute la force des mathématiques.

Pas de prédiction possible

Mais « la vie d’un mathématicien n’est pas un océan de félicité » et le chemin est long et chaotique entre le moment où vient idée et celui où elle est prête à envahir le monde.  D’après Cédric Villani, la réalité quand on fait de la recherche est bien plus complexe qu’un problème posé et une recherche de solution. C’est plutôt une grande boucle qui ne fait que revenir sur elle-même, à la recherche d’un sens. Chaque jour vous échouez et recommencez, jusqu’au jour ou une idée sort, mais « quand vous avez une bonne idée, vous êtes incapable de savoir d’où elle vient ». Les bonnes idées ne peuvent pas être prévues. Et la plupart du temps, on ne sait pas ce qu’elles viennent résoudre.

photo de cedric villani usi 2015

À la source

Mais comment viennent ces idées ? Nous ne le savons pas et ne le saurons probablement jamais. Cela dépend d’après lui de phénomènes inconscients qu’on ne sait expliquer. Ce qui est certain, c’est que le processus de création est fait d’erreurs, de contradictions, de coups de théâtre, de surprises, de ressentis, d’imprévus, et de 7 ingrédients nécessaires à la naissance d’une idée :

  • L’information

L’idée n’est jamais venue du vide. Culture, documentation, observations, associations d’informations sont sources de toute création.

  • La motivation

Même si l’on ne connaît pas exactement les origines de la motivation, c’est l’ingrédient principal au développement de la science. Sans elle, c’est tout le monde scientifique qui est menacé.

  • L’environnement

Une idée étant le résultat de signaux que l’on reçoit de son environnement, il est primordial de s’y sentir à l’aise et de pouvoir en varier. “Un chercheur isolé n’existe pas”.

  • Les échanges

La collaboration et la communication participent à l’émergence d’une idée: « un cerveau délocalisé est beaucoup plus efficace ».

  • Les contraintes

« Pas de créativité sans contraintes »: c’est uniquement en ayant la volonté de les dépasser que l’idée peut prendre forme.

  • Le dosage

Il faut savoir conjuguer moments d’acharnement et illuminations plus aléatoires.

  • La persévérance

Il faut reconnaître la chance quand elle se présente, et cela va de pair avec le fait de ne jamais arrêter d’essayer.

Lâcher prise


Sinon, il reste toujours la méthode Poincaré, que Cédric Villani cite à plusieurs reprises pendant son intervention : le lâché prise. S’évader et penser à autre chose. Pour se faire rattraper aussi vite par l’idée, presque venue de nul part. « Je me mis alors à étudier des questions d’arithmétique sans grand résultat apparent et sans soupçonner que cela put avoir le moindre rapport avec mes études antérieures. Dégoûté de mon insuccès, j’allais passer quelques jours au bord de la mer et je pensais à autre chose. Un jour, en me promenant sur la falaise, l’idée me vint, toujours avec le même caractère de brièveté, de soudaineté et de certitude immédiate, que les transformations arithmétiques des formes quadratiques ternaires indéfinies étaient identiques à celles de la Géométrie non euclidienne. » (Henri Poincaré)

Reste ensuite à les rendre encore plus précieuses en les publiant, et les partageant. Pour continuer à les faire grandir.

3 Réponses à “Pour faire naître une idée – La conférence de Cédric Villani”

  1. Roth Jean-David

    Merci beaucoup pour cet article. Il nous donne une bonne idée de ce qu’a pu dire Cédric dont je suis un fan inconditionnel, ayant lu un de ses livres, et ayant vu ainsi qu’il partageait même certains goûts pour des artistes musiciennes peu connues avec moi.

    Cela me permet un peu de m’identifier avec lui…

    Je viens de réaliser qu’il existe une équation à beaucoup d’inconnues (quelques milliards de personnes), qui consiste à démontrer que nous aurions intérêt à prendre notre destin en main de manière plus collective et intelligente, et de réussir à faire digérer cela à notre raison de manière qu’elle puisse venir équilibrer notre égoïsme, lui-même dicté par la peur ancestrale de manquer de tout, alors que dans notre monde bien organisé il n’y a pas de raison de ne pouvoir survivre en partageant davantage.

    Je suis moi-même en train de tenter de réaliser mes idées mais n’étant pas à son niveau, et déjà quelque peu âgé, cela restera peut-être un beau rêve jusqu’à la fin… ou non…
    Mais peu importe car je suis sur un chemin que j’aime, et je progresse malgré tout. Et en laissant ce petit message je donne peut-être à réfléchir… (sur quelque chose que tout le monde sait peut-être déjà d’ailleurs) :)

    Répondre
  2. Bojko

    Une excellente journée, un excellent cru, je suis une nouvelle fois ravi. La presentation de Cedric Villani est un très grand moment. Merci Francois, et felicitation pour le travail de votre équipe!

    Répondre
  3. Gilles Turcotte

    Moi TI-cien j’en suis rendu à percevoir l’univers comme étant composé de deux éléments fondamentaux : l’information et l’énergie.
    ( l’information détermine la manière de s’instancier de l’énergie, donc l’énergie instancie la réalité déterminée par l’information … donc notre perception organique de la réalité est en réalité une interaction informationnelle … étant aussi, de ce que j’en comprends, la réalité quantique ( information = maths ) )

    De là, je perçois que les 7 ingrédients suggérés par Villani sont des saveurs de ces deux composantes.
    Auquel cas je suggère de modifier la présentation, particulièrement l’ingrédient motivation, une émotion, et chez l’humain l’émotion est la source énergétique transformant l’information ( savoir-culture-observations ) en idées ( nouveau savoir ) ou en actions ( tout dépressif saura vous expliquer que le savoir quoi faire ne suffit pas à permettre de le faire ).

    Félicitation pour votre excellent travail.
    ( pitié ne gâchez pas tout en devenant allié politique des anti-scientifiques, dont les banquiers sont aussi, par leur croyance que l’univers ou un dieu a pour volonté que l’Humanité soit possédée par eux )

    Note concernant le TI :
    La technologie n’est pas un savoir, mais un outil permettant de faire le savoir faire.
    Le TI n’est pas une technologie, mais le Traitement de l’Information, informatisé (numérique) ou non (organique (cérébral (numérique aussi, mais l’humain n’a pas atteint le niveau à savoir ce décrire))).
    Auquel cas l’informatique se décrit aussi comme étant composé d’information et d’énergie.

    Répondre

Répondre à Bojko Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *